Articles taggés avec: presse écrite

Malnutrition au Sud, excédent de nourriture au Nord

LE REPORTAGE DE MAMY ANDRIATIANA EN SUISSE ET A MADAGASCAR

Des nourritures de trop en Suisse, insécurité alimentaire à Madagascar. Comment ce profond fossé entre le Sud et le Nord ? Gros plan sur la réalité quotidienne des deux pays.

Sûreté alimentaire - Le Liban prend conscience du problème, mais il reste à faire : Loi fragmentée, manque de moyens et consommateur peu regardant

LE REPORTAGE DE DORINE KOUYOUMDJIAN AU LIBAN

Effrayés par des émissions alarmistes, dénonçant des restaurants et des usines à l'hygiène douteuse, les Libanais découvrent les lacunes de leur pays en matière de sûreté alimentaire. Le gouvernement veut s'atteler à la question, mais la tâche est difficile, faute de lois adaptées et de moyens.

Viandes avariés, produits laitiers contaminés, fruits et légumes riches en pesticides, cuisines de restaurant sordides, cet été, au coeur d'une saison touristique morose pour l'économie libanaise, une émission de télévision a mis de l'huile sur le feu, éveillant les consciences.

Sûreté alimentaire : le système de contrôle suisse hautement efficace

LE REPORTAGE DE NADA MERHI EN SUISSE

En Suisse, on ne plaisante pas avec la sûreté alimentaire ! Le pays est doté d’un système de contrôle très strict qui implique essentiellement les douanes et les chimistes cantonaux. Un système qui, toutefois, est critiqué par certains commerçants.

Formol, borax et pesticides dans les assiettes cambodgiennes

LE REPORTAGE DE PAULINE CANCELA A PHNOM PENH

SECURITE ALIMENTAIRE • Une enquête officielle à révélé la présence d’un très grand nombre de produits toxiques dans l’alimentation au Cambodge. Sans une vraie politique agricole et l’application des normes d’importation, le pays pourrait vivre une catastrophe sanitaire.

Alors qu'il devrait être un exemple de souveraineté alimentaire, le Cameroun importe 40% de sa nourriture

LE REPORTAGE DE GUSTAVO KUHN DE RETOUR DE YAOUNDÉ

L’inefficacité du gouvernement, la corruption et les pays voisins sont mis en cause. Pour les acteurs du secteur, les solutions sont pourtant simples : soutenir les petits paysans.

Premières victimes : les familles rurales

LE REPORTAGE DE PAULINE CANCELA A PHNOM PENH

Pak Choeun habite au milieu des rizières. Sa baraque en bois marque l’entrée d’un petit village de la province de Ta Khmau au sud de Phnom Penh. Derrière lui, une dizaine d’autres maisons faites de bric et de broc abritent les membres de sa famille et quelques amis. Tous produisent du riz, mais pour leur consommation uniquement. De son improbable étable, qui abrite une seule et unique vache, Pak Choeun sort un vieux paquet d’engrais. On y lit vaguement «phosphate» et «sodium». Le reste est en filipino.