Népal

Les reportages ramenés de Suisse et du Népal par Binod Ghimire (Kathmandu Post) et Luc-Oliver Erard (ARPresse)

Au Népal, une génération ensablée

UN REPORTAGE DE LUC-OLIVIER ERARD (ARPRESSE) AU NEPAL

Katmandou, Népal, juin 2014. Sur les berges de la Bagmati, il fait près de 40 degrés. La mousson a deux semaines de retard. Quelques chiens fouillent les ordures nauséabondes qui s’amoncellent entre deux méandres brunâtres. Dans ce quartier excentré de la capitale, des dizaines de recruteurs fondent sur les jeunes hommes qui se rendent en masse dès l’aube au «service de l’emploi à l’étranger».

Cette section du ministère népalais du travail a fort à faire pour délivrer des visas de sortie: 1’700 jeunes quittent quotidiennement le Népal pour aller travailler. Principalement dans les États du Golfe persique. Les revenus qu’ils renvoient au Népal, les «remittances», représentent 28% du PIB.

Le Népal est le troisième Etat au monde à dépendre le plus de l’argent des migrants. Un apport qui représente le troisième secteur économique, derrière l’agriculture et le tourisme. A tel point que l’équation migratoire est devenue un élément structurant majeur de la société népalaise.

The longest journey

UN REPORTAGE DE BINOD GHIMIRE AU NEPAL

June 27, 2014

Deepak Bishwakorma wanted to enter the US illegally but ended up in a refugee camp in Switzerland after his handlers took off with his passport and money and dumped him enroute in France. Deepak is waiting for his hearing date with the Swiss authorities, who will decide whether he’ll get to stay on in Switzerland. But a recent referendum in the Swiss parliament may have made things harder for him to obtain his papers