Le CICR face aux nouveaux conflits armés

UN REPORTAGE DE SEREINA DONATSCH AU KENYA - MEDIA DE REFERENCE : ATS, Publié dans Sereina Donatsch, Kenya

Droit humanitaire bafoué

«Au départ, un conflit à l'intérieur d'un pays se déroulait entre le gouvernement et un groupe rebelle, comme en Amérique centrale par exemple. Aujourd'hui s'y ajoutent le terrorisme, des réseaux globaux, cela nous a forcés à nous adapter», relève M. Luedi.

Actuellement, il n'y a presque plus «prisonniers de guerre», car les conflits directs entre deux Etats sont devenus plus rares. Dans cet environnement plus confus, le droit humanitaire est fréquemment bafoué. Or, une des missions du CICR est de veiller à son respect sur le terrain et les conditions de détention représentent un important enjeu pour l’organisation.

Le droit international humanitaire fait en effet une distinction entre conflits armés internationaux et non internationaux et la notion de «prisonnier de guerre» est très spécifique, elle ne concerne que les personnes emprisonnées lors des conflits armés internationaux.

Les détenus de Guantanamo par exemple n'étaient pas définis par les Etats-Unis comme prisonniers de guerre, mais comme combattants ennemis. Or, les personnes emprisonnées au motif de la lutte contre le terrorisme, ou détenues dans le cadre d’un conflit interne, ne sont pas protégées par le statut de prisonnier de guerre figurant dans les conventions de Genève.

Les Etats signataires de la Convention de Genève ont l'obligation de laisser le CICR visiter les prisonniers de guerre, mais si les détenus n'entrent pas dans cette définition, «à nous de convaincre les autorités que c'est dans l'intérêt du pays de collaborer, de fournir des conditions de détention appropriées, selon les standards internationaux, car c'est leur réputation sur la scène internationale qui est aussi en jeu», analyse M Luedi.

Importance du réseau

«Parfois ce sont les autorités elles-mêmes qui nous sollicitent, poursuit-il. Djibouti l’a fait en 2010. Le gouvernement souhaite par exemple avoir des conseils pour améliorer ses infrastructures pénitentiaires ou profiter de notre expérience dans d’autres types de situations», comme les prises d’otage. Ces dernières années, l’institution genevoise a régulièrement dû agir en qualité d’intermédiaire neutre entre des gouvernements et divers groupes armés, afin d’assurer le retour en toute sécurité des personnes libérées après avoir été kidnappées.

En février de l’année dernière, le CICR a par exemple organisé le transfert vers Nairobi (Kenya) de 29 ressortissants chinois qui avaient été pris en otage par le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N).

Afin d’avoir le feu vert de chaque partie concernée, le CICR a dû collaborer avec les ambassades de Chine à Nairobi et au Soudan, les autorités kenyanes et soudanaises, ainsi que le SPLM-N (Mouvement populaire de libération du Soudan Nord). «Le CICR a facilité cette opération pour des raisons humanitaires, précise M. Luedi, mais nous n’avons pas participé aux négociations ayant conduit à la libération. Nous avons organisé le transport des ressortissants chinois du Soudan du Sud au Kenya».

Devant la multiplication des factions rebelles, souvent affiliés à des groupes terroristes, le CICR a dû changer son approche. «Nous avons dû introduire des mécanismes permettant de facilement échanger des informations, afin de comprendre tous ces réseaux, travailler de manière globale avec des acteurs influents», analyse-t-il. Avec une présence dans plus de 80 pays et plus de 12'000 collaborateurs, le CICR dispose «des connaissances, de l’expérience et des contacts qui facilitent ce travail».