Article

Sahaja Samrudha, une ONG devenue la bête noire des multinationales

Sahaja Samrudha, une ONG devenue la bête noire des multinationales

Un reportage EQDA

Banglaore (ats)  Les banques de semences sont désormais légion en Inde. L’une des pionnières, Sahaja Samrudha, est à la pointe de ce courant, notamment en faisant le lien entre méthodes organiques et consommateur.

“Les semences constituent la base de l’agriculture. Si les paysans perdent leurs semences, ils perdent leurs terres et doivent migrer vers les villes”. Dans son petit bureau de quartier dans la mégapole technologique Bangalore, dans le sud de l’Inde, le directeur Krishna Prasad évoque les 8000 agriculteurs regroupés par l’ONG qui cultivent le riz organique et 300 le millet.

Ici, “les agriculteurs sont les scientifiques”. Des milliers de variétés traditionnelles ont pu être sauvées, mais le compte est bien loin des 100’000 qui existaient avant la Révolution verte. Lancée par le gouvernement dans les années 60 pour assurer l’approvisionnement d’un pays de plus d’un milliard d’habitants, elle a misé sur la productivité.

Mais le vrai ennemi de l’organisation, établie au début des années 2000, s’appelle la mondialisation. “Les multinationales sont responsables de la disparition de la diversité”, assène M. Prasad.

Récupération d’au moins 500 variétés

“Je n’ai pas la patience pour parler aux dirigeants des multinationales. Je ne veux pas perdre mon temps. Le chef de Monsanto nous a invités au dialogue mais nous ne pouvons pas changer” ce qu’ils font, explique l’activiste.

Interrogé par l’ats, le groupe agrochimique bâlois Syngenta se dit également ouvert à la discussion avec tous les acteurs qui ont un “désir authentique d’aider à créer des solutions intégrées et durables aux défis de l’agriculture”.

Dans son action au Karnataka, dont Bangalore est la capitale, l’ONG a identifié plus de 360 variétés de riz, dont seuls 137 subsistent. L’ONG veut “éduquer le consommateur” mais aussi le petit paysan, par le biais de guides financés notamment par Swissaid.

“C’est comme une Université pour l’agriculture bio” qui a d’ailleurs obtenu la certification du spécialiste mondial du contrôle dans ce domaine, le groupe suisse IMO. Selon lui, l’action de l’ONG a permis de sauver au moins 500 variétés et Sahaja Samrudha en commercialise certaines.

Coton ciblé

“Nous privilégions le système multi-semences” qui peut être utilisé pour plusieurs cultures. Le millet, les aubergines – avec près de 60 variétés – le chili, les tomates ou le maïs sont également proposés. Un chili était exporté sous la période britannique vers l’Allemagne pour les cosmétiques.

L’ONG travaille aussi sur la relance du coton indien, avec 23 variétés. Face aux tentatives controversées de Monsanto de lancer un OGM, un produit durable et indien est souhaité. Sous les Britanniques, 95% du coton était indien et 5% américain.

Le coton indien ne constitue désormais que 3% du marché, selon M. Prasad, qui attribue ce recul au soutien politique aux multinationales. Un chiffre difficile à vérifier. “Ce que les Britanniques n’ont pas réussi, les dirigeants indiens l’ont fait”, provoquant la réduction de la diversité du coton, ajoute M. Prasad.”Le riz est un manifeste politique, à une roupie ou même gratuit. Personne ne parle de prix garanti aux agriculteurs. Le coton sera confronté au même problème dans les prochaines années”. Seules des variétés à haut rendement ont été promues, mais elles demandent beaucoup d’eau et des pesticides. Il faut compter 1200 roupies (environ 17 francs) pour une semence d’un kilo de coton à Monsanto.

Laurent Sierro

Laurent Sierro est journaliste à la rubrique internationale de l’Agence télégraphique suisse (ats) depuis 2004. Outre des collaborations avec plusieurs médias français ou suisses, il a notamment été par le passé correspondant en Suisse de l’hebdomadaire Courrier International entre 2004 et 2011. ll est membre du Réseau transatlantique de journalistes du Centre d’études internationales et stratégiques (CSIS) de Washington. Voyageur de continent en continent, ses reportages l’ont mené de la bande de Gaza à la République démocratique du Congo (RDC) en passant par l’Ukraine ou la Bosnie.

Nrupathunga S K, Inde

Depuis 2011, Nrupathunga est corrrespondant dans la région de Shivamogga pour le quotidien Deccan Herald, publié dans plusieurs villes du Karnataka et à New Dehli. Le district de Shivamogga (Karnataka) se situe dans les Western Ghats. Nrupathunga couvre de nombreux sujets liés au développement politique, culturel, social et envrironnemental ainsi qu’à la vie rurale. Nrupathunga a collaboré auparavant durant deux ans au New Indian Express dans les districts de Chitradurga et de Hassan, toujours au Karnataka. Il a aussi été rédacteur au Dekkan Herald dans les bureaux de Bengaluru et Mysuru pendant deux ans. Il donne sur demande des séminaires sur le journalisme et la littérature anglaise dans des collèges. Nrupathunga a étudié le journalisme et l’anglais au collège ST Aloysius College à Mangalore et obtenu une maîtrise en anglais à l’université de Mangalore. Durant ses études, il a mené un projet sur « Le système de caste – Une perspective moderne ». Il est né en 1982, habite à Bhadravathi. Ce voyage en Suisse est sa première visite dans un pays étranger.

Laurent Sierro

Autres articles

Tracing the silk connection

Plongée au Karnataka où la soie croise la route de la globalisation

A Ramanagara et à Mysore, le pouls de la soie bat la chamade

Sur les traces du paraquat contesté de Syngenta dont raffole l’Inde